En cours de chargement...
Accueil / L'entrée en EHPAD : Une épreuve !

L'entrée en EHPAD : Une épreuve !

Date: Lundi, 12 juillet, 2021
Lieu: Balma

Selon l’INSEE au 1er janvier 2020, la France comptait 67, 064 millions d’habitants. Les personnes âgées d’au moins 65 ans représentaient 20,5 % de la population, soit 13 748 120 (Insee, 27/02/2020). Avec l’espérance de vie qui accroit chaque année (79,7 ans pour les hommes et 85,6 ans pour les femmes (Insee, 27/02/2020)), les personnes âgées sont la population dont la croissance sera la plus forte dans les années à venir : elle atteindra 20 millions en 2030 et près de 24 millions en 2060. Les plus de 85 ans seront 5 millions en 2060.a peu près 18 millions de en 2060 !

Il n’y a pas encore un siècle, il était de convenance que les enfants s’occupaient de leurs parents jusqu’à leur décès. Dans une société moderne, les enfants ne peuvent plus ou ne veulent plus assumer leurs parents à leur domicile, dû à une configuration des habitats de plus en plus petits, à un éloignement géographique couplé à une vie professionnelle intense, parfois le maintien au domicile n’est plus possible et la mise en institution est la seule possibilité qui se présente à eux.

Le souhait de rester chez soi le plus longtemps possible est le 1er vœu exprimé pour la majorité des personnes âgées. Malheureusement le maintien à domicile n’est pas toujours possible.

Soit parce qu’avec la perte d’autonomie croissante avec l’âge, il ne garantit pas toujours les meilleures conditions d’accompagnement, de soins et de sécurité et/ou parce qu’il n’est pas forcément accessible à tous, surtout le personnes isolées et en grande précarité. Ainsi l’inadaptation de l’habitat, l’absence d’offres de services adaptés sur l’ensemble du territoire et plus particulièrement en milieu rural, les situations d’isolement ou encore l’épuisement des principaux aidants, qui sont les enfants et/ou la famille proche, sont les principales causes générant l’entrée dans un établissement type EHPAD.

Et dans bon nombre de cas, cette entrée est rarement consentie de bon gré par l’intéressé, faute de solution, et est généralement ressentie comme imposée. En effet dans la majorité des cas, c’est l’entourage, parfois impuissant devant la situation, qui initie l’entrée en institution.

La mise en institution d’une personne est le plus souvent ressenti comme un acte imposé (par l’entourage, le corps médical, la maladie…) et non comme une volonté propre. C’est d’ailleurs ce que fait ressortir l’enquête nationale E.H.P.A 2020. De ce fait cette rentrée en institution reste toujours délicate car cela est vécu comme une rupture où la perspective de revenir un jour à domicile n’est plus envisageable. Cette rupture avec un environnement, matériel, rassurant, sécurisant, émotionnel (maison familiale, maison où se sont déroulés des moments heureux, rempli de souvenir, d’objets familiers…) est un réel déracinement. Cela a bien souvent des effets délétères sur l’état psychiques de la personne qui engendrent des répercussions néfastes sur l’espérance de vie et l’état de santé général.

Partant de ce constat il nous parait important de réfléchir sur la façon de faire perdurer la notion de chez soi « hors les murs », au sein de ces institutions que sont les EHPAD, premières institutions contactées après un maintien à domicile.

Comment passer d’un environnement personnel et privé, à un environnement cadré, collectif et aseptisé alors que la notion de « chez soi » n’existe plus du jour au lendemain. Comment faire pour cette transition soit moins brutale, mieux accompagné et de ce fait mieux acceptée ?

Aquarelle Balma et Ramonville - Aide à Domicile est là pour vous accompagner dans cette démarche.

 

Source: Aquarelle Balma et Ramonville / D. BUCHERAUD